fermer
Comptabilité

Faire certifier ses comptes, ça compte !

certifier-ses-comptes

La comptabilité d’une entreprise, vous le savez, n’a rien à voir avec celle d’un particulier. Si sa bonne tenue est vitale pour la vie de l’entreprise, la confier à un professionnel au fait des réglementations et des lois est vivement conseillé, voire une obligation légale.

Expert-comptable ou commissaire aux comptes ?

Dans la plupart des cas, la certification des comptes annuels est effectuée par un commissaire aux comptes, même si vous disposez d’équipes comptables en interne. Votre expert-comptable établit les comptes et vous accompagne au quotidien, jouant un rôle de conseil, notamment en matière de législation, de fiscalité ou de ressources humaines. C’est également lui qui arrêtera vos comptes, laissant le soin au commissaire aux comptes d’auditer l’ensemble.

Le recours aux services d’un commissaire aux comptes peut être rendu nécessaire par le dépassement de certains seuils, ou bien du simple fait de votre volonté.

Ainsi, une Société anonyme (SA) a l’obligation, dès sa constitution, de nommer un commissaire aux comptes.

Dans le cadre d’une SARL, cette nomination est assujettie au dépassement de certains plafonds :

  • chiffre d’affaires supérieur à 3 100 000 € HT ;
  • total de bilan supérieur à 1 550 000 € ;
  • effectif dépassant les 50 salariés.

Enfin, dans une SAS, vous serez également soumis à des plafonds :

  • chiffre d’affaires supérieur à 2 000 000 € HT ;
  • total de bilan supérieur à 1 000 000 € ;
  • plus de 20 salariés.

Attention : si votre SAS est contrôlée par une société, ou contrôle une autre société, cette nomination est obligatoire.

Le commissaire aux comptes devra vérifier la régularité et la conformité des comptes annuels établis par votre expert-comptable (ou par vos équipes), ainsi que leur sincérité.

À la suite de cet examen, il rédigera un rapport qui sera fourni à l’assemblée générale des actionnaires, certifiant les comptes avec ou sans réserve.

Professions libérales, auto-entrepreneurs, des règles différentes

Les professions libérales ne sont pas tenues de faire certifier leurs comptes.
Cependant, que vous soyez une entreprise individuelle ou une société immatriculée au régime du réel à l’impôt sur le revenu, ne pas faire viser vos comptes vous vaudra une majoration de 25 % de votre revenu imposable.

Pour éviter cette surtaxe, inscrivez-vous à une association de gestion agréée qui visera vos comptes. Outre cette économie substantielle, ces associations jouent un rôle important en termes de formation et d’information des chefs d’entreprise. Elles sont généralement organisées par secteur géographique, ce qui facilite encore les démarches. Dans tous les cas, votre expert-comptable pourra vous conseiller.

Si vous êtes auto-entrepreneur, les choses sont encore plus simples…
En effet, pour l’instant, les auto-entrepreneurs n’ont pas l’obligation de faire certifier leurs comptes. Au-delà des éléments habituels abordés dans un précédent article (registre de recettes et des achats, conservation de l’ensemble des factures et pièces justificatives, signature d’une convention spécifique « compte de dépôt » avec votre établissement bancaire), vous n’avez donc rien à faire, sous réserve bien sûr de vos déclarations mensuelles.

Obligatoire ou non, faisant appel à un commissaire aux comptes ou pas, la certification des comptes est un outil essentiel pour votre entreprise. C’est en effet sur la base de cette comptabilité que seront prises vos décisions stratégiques, mais aussi que seront calculées vos cotisations ou que des prêts vous seront accordés.

Tags : auto-entrepreneurcommissaire aux comptescomptabilitécomptesexpert-comptableprofessions libérales