fermer
Démarches

L’aide à la création d’entreprise en tant que salarié

l-aide-a-la-creation-d-entreprise-en-tant-que-salarie

Être salarié n’exclut pas de créer votre entreprise ! Avec le statut d’auto-entrepreneur, nombre de salariés mènent de front leur activité personnelle et leur contrat de travail, que ce soit pour un complément de revenus ou un test grandeur nature de ce qui sera demain leur activité principale.

Pour cerner les aides auxquelles vous pouvez prétendre en tant que salarié, il existe un interlocuteur privilégié en France : le FONGECIF, organisme paritaire dédié à la sécurisation des parcours professionnels des salariés.

Présent dans chaque région, cet organisme est financé par les cotisations des employeurs. Il est chargé de financer les plans de formation des salariés, mais aussi de vous accompagner dans votre parcours professionnel.

Le CEP, un nouveau service depuis janvier 2015

Le Conseil en évolution professionnelle (CEP) est une offre gratuite qui vous est destinée en tant que salarié. Elle est proposée par le FONGECIF et consiste en un accompagnement en plusieurs phases :

  • faire le point avec vous sur votre situation professionnelle et vos évolutions possibles ;
  • construire avec vous votre projet qui peut être de créer une entreprise ;
  • repérer les formations dont vous aurez besoin et vos possibilités de financement.

Un congé pour préparer son projet

On le sait, il faut du temps pour construire son projet de création d’entreprise. Quelques fois, cette exigence n’est pas compatible avec votre activité salariée à plein temps, d’où l’idée de solliciter un congé pour créer votre affaire. Que ce congé soit total ou partiel, vous devrez respecter certains paramètres : ce dispositif n’est ouvert qu’aux salariés ayant au moins deux ans d’ancienneté dans l’entreprise. De plus, vous devez formuler votre demande auprès de votre employeur deux mois au moins avant le début souhaité du congé. Celui-ci a 30 jours pour vous répondre, son silence valant acceptation. Il peut refuser. La durée de ce congé ne peut excéder un an, renouvelable une fois.

Si vous reprenez votre entreprise

Les salariés qui reprennent l’entreprise dans laquelle ils sont employés dans le cadre d’une procédure collective (entreprise en difficultés, en redressement ou liquidation) peuvent prétendre aux exonérations de charges « ACCRE » habituellement réservées aux demandeurs d’emploi créateurs d’entreprise.

Il s’agit d’une exonération de charges sociales (retraite, maladie, allocations familiales) pendant un an sur la partie de rémunération inférieure à 120 % du SMIC.

Le portage salarial pour ne pas perdre son statut

Le portage salarial, c’est une bonne solution pour tester votre activité tout en conservant votre statut de salarié. Généralement réservé aux cadres devenus consultants, ce dispositif est simple. Vous adhérez à une société de portage qui va vous salarier. Pour vos clients, cette solution est transparente, les prestations que vous effectuez pour eux sont facturées au même titre qu’un cabinet indépendant. Par contre, pour vous, la société de portage se charge du paiement des charges sociales relatives à votre contrat, de la gestion administrative (elle prélève un pourcentage sur votre chiffre d’affaires — entre 15 et 30 %).

Ainsi, vous conservez vos régimes sociaux et de retraite de salarié tout en étant libre de développer votre entreprise et votre clientèle comme vous le souhaitez.

Tags : aidecréation d'entreprisesalarié